dimanche 24 septembre 2017

Mrs.Bridge, Evan S. Connell.


Mr. Bridge et Mrs. Bridge, les deux romans cultes d’Evan S. Connell, dépeignent un couple fascinant de petits-bourgeois américains des années 30. India Bridge est mariée à un avocat accro au travail et mère de trois enfants. Malgré une vie de loisirs et de confort matériel, India est envahie par un sentiment diffus d’insatisfaction, de confusion devant la futilité de sa vie. À coups de pinceau subtils, Evan S. Connell brosse le portrait de cette femme au foyer au bord du gouffre.
 
Vous vous souvenez du manuel d'économie familiale des années 50' ou il était suggéré aux dames de la maison d'être toujours bien mise avant le retour à la maison de l'homme?  Et de se lever plus tôt pour éviter qu'il vous voit les cheveux en broussaille?  Mrs.Bridge est tout droit sortie de ce manuel scolaire!
 
"Mrs.Bridge passait de longs moments à regarder dans le vide, oppressée par un sentiment d'attente. Attente de quoi? Elle ne savait.  Quelqu'un allait venir, quelqu'un avait sûrement besoin d'elle.  Mais chaque jour passait comme celui qui l'avait précédé.  Rien d'intense, rien de désespéré n'arrivait jamais.  Le temps ne passait pas."

Mrs.Bridge se prénomme India et c'est bien tout ce qu'elle a d'exotique dans sa vie!  Mariée à un avocat prospère qui ne rentre que pour manger et dormir, elle s'ennuie à mourir.  Ses trois enfants ont grandi, s'éloignent de la maison et ont très peu de respect pour elle.  Malgré le fait qu'elle soit riche à craquer, la pauvre ne trouve plus quoi acheter... Harriet, son employée, s'occupe de tout à la maison et Mrs.Bridge a tout son temps pour passer ses journées à errer en ville.  Elle essaie le théâtre, trop vulgaire pour elle. Elle tente les cours d'espagnol. pour servir à quoi?  Elle tente la lecture, elle se lasse rapidement.  Elle n'entretient aucune discussion avec son mari si ce n'est qu'acquiescer à ses commentaires sur la bourse le dimanche.  C'est un couple sans passion, sans intérêts communs. Mais Mrs.Bridge est une femme fidèle et déterminée à respecter les conventions de l'époque.

"Il ne vint pas à l'idée de Mrs.Bridge d'abandonner son mari et de courir au sous-sol.  Elle avait été élevée dans l'idée qu'une femme mariée l'est pour le restant de ses jours et doit rester avec son mari partout où il se trouve et en toutes circonstances à moins bien entendu qu'il ne lui enjoigne d'agir autrement."

Et cela même quand un cyclone fonce tout droit sur le restaurant où vous êtes assis!

C'est un roman assez drôle par moment.  Je me suis prise d'affection pour cette femme qui n'a aucun horizon devant elle.  L'argent achète peut-être beaucoup de choses mais il ne remplace pas l'amour d'un conjoint.

Inutile de vous dire que je suis impatiente de lire Mr.Bridge. Je me fais déjà des scénarios en m'imaginant que cet homme croit fermement que sa femme file le bonheur parfait avec sa grosse Lincoln et son porte-feuille bien rempli!

Une lecture délicieuse dans mon cas.
 
ISBN: 9782264069849

samedi 23 septembre 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

Cette semaine, pas de services de presse sollicités, mais quelques achats!


Robert Laffont
"Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse."


Pocket
"Barcelone, XIVe siècle. La cité catalane s’enorgueillit d’un nouveau fleuron gothique : Santa Maria del Mar, la cathédrale de la mer, qui s’élève, pierre à pierre, vers un ciel sans nuages."

Voilà les quelques surprises de la boîte aux lettres!
 
"Une Fille grandit dans l'ombre d'une Mère qui invente un monde dangereux pour la retenir le plus longtemps possible au Village. Sa fuite se profile : elle se rendra dans une véritable zone de conflits, en Afghanistan, pour aider un pays décimé par la guerre. Mais elle y découvrira, avec la soupe aux gourganes de son enfance, d'étranges ressemblances avec le Village et les êtres plus grands que nature qu'elle a quittés. Rentrée au Québec, réussira-t-elle sa propre reconstruction ?"

 
"Marcel meurt subitement à 43 ans, devant son fils et sa femme. Dans leur maison de banlieue, tout vole en éclats. Pour survivre au drame, Émile lit à voix haute les lettres d’amour de ses parents avant de s’endormir. Joanne mélange la benzodiazépine et le vin blanc, les cris et les larmes. Mais le rire de son fils sera cette ficelle qui la gardera en vie et lui donnera l’élan de la remontée."
Québec Amérique
 
BONNE FIN DE SEMAINE!

lundi 18 septembre 2017

Emporter nos rêves, Vanessa Diffenbaugh.

Letty a trente-deux ans mais elle mène encore une vie d'adolescente. À l'inverse, Alex, son fils de quinze ans, sait déjà s'occuper de sa petite soeur Luna comme un adulte. Et les parents de Letty sont là, également, pour prendre en charge l'éducation de leurs petits-enfants. Aussi, quand ils décident de retourner au Mexique pour leur retraite, la jeune mère est désemparée. Parviendra-t-elle enfin à affronter ses responsabilités ? Dans une société qui ne fait aucun cadeau à ceux qui ont commis le crime de naître au mauvais endroit, Letty pourra compter sur certaines rencontres providentielles, mais surtout sur l'immense courage de ses enfants. Car une
famille n'a pas besoin de rentrer dans la norme pour déplacer des montagnes.

Il y a parfois des romans qui commencent comme des centaines d’autres, mais il y en a aussi qui prennent finalement un tournant inoubliable.
 
Letty a largement passé la trentaine lorsque ses parents d’origine mexicaine décident de retourner vivre au Mexique la laissant seule à San Francisco avec ses deux enfants de deux pères différents.  Alex a 15 ans et Luna 6 ans.  Habitués à leur grand-mère qui les dorlotent depuis leur naissance, ils se retrouvent à la merci d’une mère inapte à les élever.  Letty a toujours passé plus de temps à se saouler la gueule qu’à prendre soin d’eux.  Lorsque le frigo et le congélateur se retrouvent vides, elle n’a pas le choix de prendre son rôle au sérieux.  Elle bafouille un peu, mais l’instinct maternel reprend tranquillement le dessus! Heureusement… 
 
Emporter nos rêves est un peu roman sur la famille.  Celle qui n’est pas parfaite mais dans laquelle il y a beaucoup d’amour et de bonne volonté.  À tous ces défis de la vie quotidienne, s’ajoute l’aspect de l’immigration légale (ou pas) aux États-unis.  Les obstacles rencontrés lorsque l’on vit sans papiers et lorsque nous sommes toujours sur le point d’être expulsés…
 
Emporter nos rêves est un roman tranquille, mais qui laisse sa trace une fois refermé.
 
ISBN: 9782258133297

samedi 16 septembre 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

Encore cette semaine, plusieurs nouveautés ont franchi le seuil de ma porte... C'est de la folie!!! Mais j'aime ça!



"Mr. Bridge et son pendant, Mrs. Bridge, forment une oeuvre en diptyque fondatrice de la littérature américaine d’après-guerre, adulée par des générations entières de romanciers. Walter Bridge est un avocat ambitieux qui se tue au travail pour subvenir aux besoins de sa famille. La richesse financière et matérielle, le bien-être qui en découle, font de sa vie un cocon confortable. Mais sous son apparente respectabilité se cache un vide intérieur profond, un véritable trou noir qui menace d’avaler la famille toute entière."
10/18

 
"En décembre 2004, un tsunami frappe le Sri Lanka, un pays déjà déchiré par une guerre civile qui dure depuis vingt ans. Le journaliste Jean-Nicholas Legendre est dépêché sur les lieux alors qu'il a du mal à se sortir de son propre tsunami intérieur."
 
 




 
 
Et comme dans toute bonne rentrée, les surprises envahissent ma boîte aux lettres! :)  Mais il y avait quand même quelques envies non manifestées... ça tombe bien!


"15 juin 1815. Tandis que les troupes de Napoléon sont en marche, la jeune Sophie Trenchard ne peut cacher sa joie. Issue d’une famille d’intendants, la voilà invitée au bal de la duchesse de Richmond, l’évènement qui réunit la plus brillante société de Grande-Bretagne à Bruxelles. Elle espère surtout y croiser le beau Edmund Bellasis, le meilleur parti du moment. Mais la soirée est interrompue par l’annonce d’une bataille imminente : Waterloo."
10/18


"1422. Alors que la maudite guerre entre Armagnacs et Bourguignons fait rage, Paris n’est plus que la capitale de la misère et de la faim. C’est dans ce contexte troublé que le clerc anglais Edward Holmes tempête contre l’ennui, entre deux affaires à la mesure de son talent. Le meurtre d’un chanoine qui révèle un trafic autour du trésor de la Sainte-Chapelle, la découverte de cadavres portant une médaille à l’effigie du prétendu Charles VII, ou encore la disparition de l’escarboucle de Marco Polo, qui était destinée au diadème de la future duchesse de Bedford…"
10/18


"Trentenaire délurée et inaccomplie, Albertine Bouquet travaille comme écrivaine fantôme pour une polémiste réputée. Outre une affection incontrôlable pour les chats, Rambo et Hochelaga-Maisonneuve, elle porte un amour trouble à deux hommes aux antipodes l’un de l’autre, jusqu’à ce qu’elle rencontre Charlotte, qui pourrait brouiller les cartes."
Québec Amérique
 
 
"Depuis qu’un virus mortel s’est propagé partout dans le monde, Caroline voit chaque semaine son univers changer. Entre deux crises d’anxiété, elle doit néanmoins s’occuper de son mieux de ses deux jeunes garçons. Tout ce qui était auparavant si simple est devenu difficile. Même se nourrir."


Québec Amérique
"Acrobates, villageois et gardes du château la protégeaient. Cuisiniers et peintres l’encourageaient. Mais quand elle commença l’école, portant sa nouvelle robe sans poche, elle se retrouva bien seule."


"Maélie soupçonne sa marraine d’être un peu, disons... particulière ? La jeune adolescente n’a plus l’âge de croire aux fées. Tout de même... elle ne peut s’empêcher de penser que sa tante a quelque chose de magique."
Pierre Tisseyre
 
BONNE FIN DE SEMAINE!

lundi 4 septembre 2017

Ma vie amoureuse en 16 garçons, Stéphanie Kate Strohm.

Avery a tout pour plaire. Mais pourquoi toutes ses histoires finissent-elles par une rupture ? Pour le savoir, Avery décide d'interroger tous ses ex depuis la maternelle… Une comédie romantique piquante et irrésistible. Absolument originale.
    
Difficile d’écrire un roman plus young adult que cela!  Avery est sur le point de terminer le secondaire, mais voilà qu’elle se retrouve célibataire et sans cavalier pour le bal de finissant à quelques semaines de celui-ci!  Situation plus qu’embêtante pour la it girl de l’école.  Californienne, blonde et très jolie, c’est un peu la honte.  Mais Avery ne se laisse pas abattre et elle profite d’un travail de fin d’études en histoire pour relever toutes ses aventures amoureuses depuis sa jeune enfance.  Elle veut faire le point sur ce qui ne fonctionne pas bien chez elle.  Tout un défi! C’est fascinant de constater qu’elle a une mémoire phénoménale pour se rappeler de tous ces garçons et dans quelle situation leur relation a pris fin. Avery est aussi très rigoureuse dans sa méthodologie et j'ai adoré tous ses petits commentaires ici et là qui viennent ajouter beaucoup d'humour au roman.  J'ai venu venir la fin dès les premiers chapitres, mais son clin d'œil au professeur d'histoire m'a beaucoup fait sourire!
 
J’ai lu plusieurs romans young adult l’an passé et souvent, en tant qu’adulte, j’ai trouvé mon compte parce que c’était mignon ou parce que les sujets traités étaient d’actualité.  Malheureusement, dans celui-ci je me suis sentie très vieille et loin de cette tranche d’âge... et c’est parfaitement acceptable puisque je ne suis pas du tout le public cible.
 
Cela demeure un roman amusant qui reflète bien cette génération bien plus avancée et mature que je n'ai pu l’être à cet âge.
La Martinière jeunesse
ISBN: 9782732481524

vendredi 1 septembre 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

Des livres très attendus cette semaine dans ma boîte aux lettres!
 
 
Incroyable mais vrai  : James Lacey, le célibataire le plus convoité des Cotswolds, a cédé au charme de sa voisine, la pétillante quinqua Agatha Raisin  ! 


"God damned ! Voilà que James Lacey, le charmant voisin d’Agatha Raisin, a disparu ! Renonçant à lui passer la bague au doigt, comme il le lui avait promis."
 
Un des livres que j'attendais le plus dans cette rentrée!
 
 
"Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les États libres du Nord."
Albin Michel

Une nouvelle rentrée littéraire signifie aussi des surprises dans la boîte aux lettres!


"Octobre 1970. Manon, adolescente sensible et délurée, apprend qu’elle et son petit frère qu’elle aime plus que sa propre vie seront placés en familles d’accueil. Jamais Mimi et elle ne seront séparés. Jamais. Elle l’a promis « juré craché ». Devant la menace imminente, Manon choisit le chemin de la rébellion et de la fuite. Inspirée par les événements politiques qui secouent le pays, elle élabore un complot dans le but de kidnapper une vieille femme qui leur servira d’otage et de grand-mère."
Québec Amérique


"Qui est Heather Thorne, cette jeune femme frappée d’amnésie qui ne sait plus si elle existe réellement ou si elle n’est que le double d’une inconnue croisée par un jour d’octobre ? Et qui est Andrée A. Michaud, cette écrivaine qui se demande si elle n’a pas usurpé la place d’une morte et si son véritable nom n’est pas Heather, Heather Thorne ?"
Québec Amérique

BONNE FIN DE SEMAINE!

mercredi 30 août 2017

Chloé et sa copine de lecture, Lisa Papp.

Chloé N'AIME PAS lire. Ni les livres, ni les magazines, ni même le menu du camion de crème glacée ne l'intéressent.
 
Lorsqu'elle fait la rencontre de Bonnie, la chienne de la bibliothèque, Chloé réalise que lire des histoires à voix haute à Bonnie est plutôt plaisant. Si elle ne connait pas le mot, la chienne ne s'impatiente pas. Chloé n'a qu'à la flatter jusqu'à ce qu'elle arrive à le trouver.
Grâce à sa nouvelle amie, Chloé apprend à prendre son temps, et surtout, qu'il ne faut jamais abandonner. Elle découvrira qu'elle adore la lecture!
 
Chloé n’aime pas lire parce qu’elle fait des erreurs et ne connaît pas tous les mots.  Elle est terrorisée lorsqu’elle doit lire devant ses copains en classe.  Elle aimerait bien recevoir une étoile du professeur, mais au lieu de cela, elle reçoit toujours le collant du bel effort.  Sa maman essaie de lui venir en aide, mais c’est la bibliothécaire qui détient la vraie clé du succès!  En visite à la bibliothèque, Chloé aura l’occasion de faire la lecture à une amie particulière… une belle grosse chienne blanche! Celle-ci écoute les histoires de Chloé sans broncher et surtout sans jugement.  De quoi faire gagner beaucoup de confiance à une petite lectrice toujours inquiète de commettre des erreurs.
 
Certainement inspirée de zoothérapie ou encore des techniques utilisées avec les enfants ayant des besoins particuliers, j’ai trouvé cet album tout à fait charmant!  Cette grosse bête poilue est venue transformer la perception de la lecture pour Chloé en plus de développer son plaisir de lire en le renouvelant à chaque semaine à la bibliothèque.  C’est adorable, attachant, mettez-y le qualificatif que vous voulez, moi j’ai trouvé l’idée excellente! Même fiston qui rechignait à lire une « histoire de fille » a trouvé que c’était brillant, alors…

 
4 à 8 ans
ISBN: 9781443160087

dimanche 27 août 2017

Par le vent pleuré, Ron Rash.

Dans une petite ville paisible au cœur des Appalaches, la rivière vient de déposer sur la grève une poignée d’ossements, ayant appartenu à une jeune femme. Elle s’appelait Ligeia, et personne n’avait plus entendu parler d’elle depuis un demi-siècle.
 
1967 : le summer of love. Ligeia débarque de Floride avec l’insouciance et la sensualité de sa jeunesse, avide de plaisirs et de liberté. C’est l’époque des communautés hippies, du Vietnam, de la drogue, du sexe et du Grateful Dead. Deux frères, Bill et Eugene, qui vivent bien loin de ces révolutions, sous la coupe d’un grand-père tyrannique et conservateur, vont se laisser séduire par Ligeia la sirène et emporter dans le tourbillon des tentations. Le temps d’une saison, la jeune fille bouleversera de fond en comble leur relation, leur vision du monde, et scellera à jamais leur destin – avant de disparaître aussi subitement qu’elle était apparue.
 
À son macabre retour, les deux frères vont devoir rendre des comptes au fantôme de leur passé, et à leur propre conscience, rejouant sur fond de paysages grandioses l’éternelle confrontation d’Abel et de Caïn.
 
Il y a bien longtemps, il me semble, avoir abandonné un livre de cet auteur américain reconnu pour ses romans où l'atmosphère est généralement très lourde.  Avec Par le vent pleuré, les fans purs et durs de l'écrivain trouveront peut-être qu'il y est allé d'une main molle, moi j'ai vu cela comme l'opportunité de pouvoir enfin lire ses écrits sans toute cette pesanteur.
 
Si le roman se déroule entièrement dans un seul été, nous avons l'occasion de retrouver Bill et Eugene quarante-six ans plus tard quand le passé revient les hanter. Ce qu'ils ont vécu dans cet été mythique de leur adolescence est quelque chose d'unique dans leur vie d'orphelin de père et les événements auront des conséquences pour le reste de leur vie.  Élevés par leur mère dans la maison de leur grand-père paternel, ils sont à la merci de celui-ci.  Ce grand-père est médecin de profession et il a de grandes ambitions pour ses petits fils. Sa belle-fille a très peu de pouvoir contre lui.  Ils apprennent à être responsable en travaillant durement pour cet homme qui ne recule devant rien et surtout devant personne.  L'étendu de sa domination vous surprendra!
 
Ligeia est une jeune fille en plein "flower power".  Elle a 17 ans, mais elle est surtout une très mauvaise influence pour les garçons.  Ses parents l'ont expédiée de la Floride pour l'éloigner de sa vie de délurée.  Pensez-vous que cette décision améliora son sort? Ne pariez pas trop sur cela...
 
Je suis curieuse de lire ce que les vrais fans de Ron Rash penseront de ce nouveau roman. De mon côté, c'est une lecture intéressante, mais certainement pas un coup de cœur.
 
ISBN: 9782021338553

vendredi 25 août 2017

La ferme des Miller, Anna Quindlen.

Histoire d'amour, drames, secrets inavouables : à travers le destin d'une famille de Pennsylvanie, Anna Quindlen donne à lire tout un pan de l'histoire américaine de la seconde moitié du XXe siècle.
 
Petite fille précoce et curieuse, Mimi mène une enfance protégée dans la ferme familiale. Il y a là Bud, son père cultivateur et répare-tout ; Miriam, sa mère infirmière ; ses deux frères, le taiseux Eddie et le caïd séducteur Tommy ; ainsi que Ruth, sa tante, qui, pour une raison étrange, ne s'éloigne jamais de la maison. Un monde rassurant, fait d'éclats de rire et de joie, que Mimi pense immuable. Mais nous sommes en 1966 et ces jours heureux sont comptés...

La guerre du Vietnam qui laisse Tommy à jamais meurtri, la maladie qui frappe Bud, les drames passés de la tante Ruth... et cet impensable projet du gouvernement de transformer leur vallée en barrage. Ce monde que Mimi aime tant disparaîtrait englouti sous les eaux ? Qui désormais pour sauver la ferme et ses habitants ?
Alors qu'elle envisageait de quitter le village pour suivre des études de médecine et retrouver son amour d'enfance, Mimi va devoir faire un terrible choix.


Quatrième roman de cette journaliste américaine primée et je ne peux pas affirmer avoir été subjuguée par son talent dans ma première rencontre avec elle.  La ferme des Miller n’est pas mauvais, au contraire, mais mes attentes étaient juste un peu trop élevées… Bien qu’il raconte l’Amérique des années 60-70, une époque importante dans l’histoire de ce pays (guerre du Vietnam, émancipation de la femme, etc.), j’ai trouvé le rythme très lent.  L’auteure insiste longuement sur certains thèmes.

 
Le jeune Tommy a fait la guerre du Vietnam et il est revenu avec de graves séquelles.  Un classique.  Il est complétement inutile de revenir sur le sujet avec « Vous ne voulez pas savoir… ». On comprend que son alcoolisme, ses comportements violents et ses écarts de conduite sont reliés à ce qu'il a vu et vécu en mission.  Ce que moi j’aurais voulu savoir, c’est quelle était l’aide apportée à ces militaires souffrant de chocs post-traumatiques à cette époque.  J’en déduis qu’aucune aide n’était disponible…  Cela aurait pu être un débat, une lutte, un aspect à aborder dans le contexte.

 
Sa sœur Mary Margaret est débrouillarde et intelligente. Elle rêve de fréquenter l’université et on sait que ce sera une longue lutte pour abattre les préjugés de l’époque.  Elle habite sur une ferme dans la campagne américaine, n’est-elle pas destinée à se marier et à enfanter très tôt? Ici, Anna Quindlen en a fait une femme avant son temps et j’ai beaucoup apprécié!  Mary Margaret est déterminée à se sortir des balles de foin même si le chemin à prendre n’est pas le plus simple.  Elle sait éliminer les boulets et elle est bien encouragée par sa maman.  On a évité de peu le cliché de la fille qui veut s’en sortir mais qui se retrouve coincée à la maison avec une marmaille à nourrir…

 
J’ai également apprécié la force de la nature dans cette vallée souvent inondée. Elle influence les habitants de l’endroit et met en lumière la force de caractère de certains personnages. L’attachement à la terre est parfois problématique…  Le gouvernement voulant y faire un réservoir naturel, il multiplie les visites aux citoyens pour les convaincre de se relocaliser ailleurs avec une aide monétaire.  Le sujet est abordé de façon un peu vague dans le roman et nous avons été à la limite de ne pas connaître l’issue de ce dossier!  Heureusement, l’auteure a pris la peine de répondre à plusieurs questions dans le dernier chapitre et l’épilogue.

Peut-être pas un incontournable, mais il saura plaire aux amateurs de littérature américaine et de grands espaces.
 
ISBN: 9782714474223

mardi 22 août 2017

La tresse, Laetitia Colombani.

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
 
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
 
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.
 
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.
 
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Un petit roman de 161 pages qui déplace de l'air!  Trois femmes sur trois continents qui n'ont absolument rien en commun sont liées par un fil qui les reliera à un moment précis de leurs vies. 
 
Smita est hors caste en Inde et refuse de poursuivre sa vie les mains dans la saleté des autres. Son mari s'oppose à sa décision.
 
Giulia doit prendre la relève de l'entreprise familiale en Sicile suite à l'incapacité de son père. Sa mère fait obstacle à sa nouvelle méthode de gestion.
 
Sarah est une avocate canadienne réputée, divorcée deux fois avec trois enfants issus de ces mariages.  Dans un monde d'hommes elle doit mettre les bouchées doubles pour conserver sa position. Le ciel lui tombera sur la tête et personne ne lui viendra en aide.
 
Rapidement, je me suis laissée emporter par ces trois femmes fortes qui refusent la fatalité. Aucune de trois n'a la vie facile, mais elles sont tellement déterminées à vouloir se sortir de cette situation qu'elles foncent droit devant en heurtant parfois les coins de mur...  Franchement, en tant que lectrice, j'étais presque derrière elles à crier vas-y, vas-y tu es capable!  C'est un roman qui exprime bien la réalité de la condition féminine dans le monde sans aucun larmoiement.  L'auteure a décidé de prendre le taureau par les cornes en démontrant qu'avec de la volonté on peut aussi faire sa place au soleil. Il faut parfois juste un peu de courage...
 
Un très beau roman que j'aurais voulu ne pas quitter tant je m'étais attachée à ses trois petits bouts de femme.

Grasset
ISBN: 9782246813880

dimanche 20 août 2017

Aujourd'hui tout va changer, Maria Semple.

Après Bernadette a disparu, Maria Semple revient avec un roman à l'humour ravageur sur les tribulations d'une femme au bord de la crise de nerfs.

Eleanor Flood est une femme au bord de la crise de nerfs. Mais aujourd'hui tout va changer. Elle va prendre une douche et s'habiller. Elle va suivre ses cours de poésie et de yoga après avoir déposé son fils Timby à l'école. Elle ne va pas dire de gros mots. Mais... la vie en
a décidé autrement.

Parce que aujourd'hui Timby va faire semblant d'être malade pour passer la journée avec sa mère. C'est aussi aujourd'hui que Joe, son mari, a choisi d'annoncer à ses employés qu'il est en vacances, en omettant de prévenir sa femme.

Juste au moment ou Eleanor pense que les choses ne pourraient pas être pires, elle retrouve un vieux document familial qui va mettre sa vie, chaotique mais finalement assez parfaite, sens dessus dessous.

Après avoir lu Bernadette a disparu, je peux enfin dire que je n'aime pas du tout la plume de cette auteure!  Tout comme dans son précédent, je me suis ennuyée à mourir et je n'ai éprouvé aucun sentiment envers ses personnages.  J'ai voulu être fair play en lisant le roman au complet, mais tranquillement je me suis rappelé que j'avais abandonné au premier tiers dans sa version originale anglaise!  Donc, ce roman a eu deux chances et l'auteure en a eu trois au total avec Bernadette...
 
Si Eleanor se lève avec de bonnes intentions, je n'ai saisi que bien plus tard le pourquoi de cette bonne volonté soudaine.  Elle stagne dans sa profession, dans son mariage et dans son titre de maman d'un ado qui aime le maquillage...  En une seule journée, plusieurs personnes de son passé ressurgissent, elle commet quelques délits mineurs et elle a l'impression de vivre son pire cauchemar! Moi, j'ai eu l'impression d'être bernée!  J'ai l'impression en fait qu'Eleanor est retournée se coucher après le premier paragraphe après avoir avalé une multitude de comprimés et qu'elle s'est réveillée qu'à la fin du roman. Comme si j'avais été témoin d'une psychose... En fait, à l'heure qu'il est, je ne sais toujours pas!
 
Je ne suis pas gentille avec ce roman, je suis désolée, mais ce ne sera pas la première fois que je serai le mouton noir du troupeau.  Je me suis forcée à le terminer, j'aurai dû m'arrêter avant. Et vous, vous avez aimé?  Je suis curieuse... vraiment!

Plon
ISBN: 9782259252256

vendredi 18 août 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

La rentrée approche alors ma boîte se remplie de surprises!
 
"Après Crimes à la librairie et Crimes à la bibliothèque, Richard Migneault continue son tour d’horizon du monde du polar. Cette fois-ci, il jette un pont entre le Québec et l’Europe, réunissant des auteures des deux côtés de l’Atlantique. Rien de moins ! Dix-huit femmes québécoises, françaises et belges, les dix-huit musées de leur choix et des crimes sans frontières !"
 

 
 
Scholastic reprend aussi du service avec de superbes nouveautés!!!
 




BONNE FIN DE SEMAINE!
 
 

jeudi 17 août 2017

L'enfant du lac, Kate Morton.


1933, Cornouailles. Un soir de fête chez les Edevane, le petit Théo, adorable poupon de onze mois, disparaît. Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l’enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour la famille Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du lac, la propriété tant aimée, est fermée et laissée à l’abandon.

 Soixante-dix ans plus tard, Sadie Sparrow, jeune inspectrice londonienne en vacances dans la région, s’intéresse à cette mystérieuse disparition. Elle reprend l’enquête et rouvre le dossier, les portes et les plaies, forçant les derniers secrets de la maison du lac…

Voilà un roman que je me promettais de lire depuis un bon moment et je ne suis pas déçue d’être passée au travers (700 pages+) cet été.  Si je ne suis pas fervente des histoires de guerre, je dois avouer que Kate Morton n’a pas trop insister sur le sujet malgré le fait que cette période historique tienne un rôle très important dans l’intrigue du roman.  L’auteure oscille entre le présent et le passé mettant en vedette deux personnages féminins très forts.  Alice est une jeune femme du passé.  Elle est amoureuse du jardinier et  projette une carrière d’écrivaine de romans à suspense.  Sa fiction se mêle à la tragédie que vit sa propre famille après la disparition du dernier né, le petit Théo.  Sadie est un peu plus âgée et vie dans le présent.  Elle est sur le carreau après avoir commis une grosse bévue dans son métier d’enquêtrice. En vacances en Cornouailles, elle fait quelques découvertes sur la famille d’Alice et elle ne tente même pas de retenir ses ardeurs car elle se lance directement à la recherche de la réponse à « Qu’est-il arrivé à Théo? »  Est-il mort? A-t-il été enlevé? Les événements datent de plus de 70 ans, c’est un beau défi pour cette professionnelle qui refuse ces vacances imposées par son supérieur…
 
Il faut bien se tenir car Kate Morton mêle les intrigues du passé et du présent.  On y retrouve quelques éléments de la dernière enquête de Sadie qui a foiré et on y retrouve également une Alice octogénaire têtue qui a mis une croix sur le passé.  Est-ce que Sadie réussira à percer son mystère?  Pourra-t-elle obtenir d’Alice qu’elle l’aide dans sa nouvelle enquête en parallèle?  Il faut admettre que la carapace de cette dame est assez coriace!  Celle de son secrétaire personnel… un peu moins!
 
Il y a bien quelques longueurs dans ce roman et quelques événements assez prévisibles, mais dans l’ensemble, j’ai apprécié au point de vouloir découvrir le reste de l’œuvre de l’auteure.  Donc, une lecture assez palpitante par moment qui m'a enfin fait connaître et apprécier la plume de Kate Morton.
 
Pocket
ISBN: 9782266276955

jeudi 20 juillet 2017

11 ans...

11 ans, c'est presque 3000 billets publiés et plus de 21 000 commentaires sur cette page.
11 ans, c'est plusieurs amis rencontrés et ça continue.
11 ans, c'est une tonne de belles découvertes.
11 ans, c'est beaucoup!
 
Si l'envie de raccrocher mes patins me prend à toutes les 4-6 semaines, je n'y arrive pas.  Ce blogue est encré en moi.  Même si parfois je le déteste et que je me déteste parce que je n'y consacre plus beaucoup d'énergie, je continue parce que j'y tiens! Il y a un tout de petit fil qui me retient et j'aurais l'impression de tomber de haut si je fermais les portes.

11 ans, c'est 10 de plus que j'aurais pensé faire au départ!

Je vous dis merci, merci, merci!

Merci de me lire, merci de me fournir d'excellents romans, merci de me faire confiance!

Jules se livre, c'est moi.  Jamais en profondeur, toujours en survol, avec mes fautes et mon manque de "songé", mais sachez que je dis toujours la vérité!

MERCI!
xxx

mardi 18 juillet 2017

Mon midi mon minuit, Anna McPartlin.

À la suite d'un drame, le monde d'Emma, jusque-là rempli de promesses, s'effondre. La jeune femme plonge dans le désespoir. Ses amis font alors bloc autour d'elle pour tenter de lui redonner le goût de vivre...

Comment survivre à la perte et au chagrin ?
Quel courage l'existence peut-elle parfois exiger de nous ?


Les derniers jours de Rabbit Hayes m'avait tellement fait pleurer qu'il était difficile d'avoir un roman aussi émouvant!  Je ne vous cacherai pas que celui-ci est beaucoup moins fort en émotions, mais il ne laisse pas sa place avec quelques bons moments très intenses. Emma, Anne et Clo sont trois jeunes femmes de Dublin qui n'ont pas encore la trentaine et lorsqu'un événement tragique frappe une des trois, cela aura pour effet de les unir encore plus.  Chacune a son lot de soucis et son quotidien à traverser, mais elles se supportent quoi qu'il arrive.  Une des trois ne trouve pas l'amour (et cumule les connards!) et une autre n'arrive pas à tomber enceinte.  Au travers de tout cela, le frère d'Emma devient prête et leur meilleur ami sombre dans la drogue et l'alcool.  Ce roman alterne les histoires de six amis et on a pas vraiment le temps de s'ennuyer.  Même dans la plus dramatique des situations, Anna McPartlin trouve le moyen de nous faire sourire!  Elle est définitivement une auteure que je suivrai dans les années à venir.
 
Mon midi mon minuit est une roman d'été, facile que j'ai vraiment lu sur le bord de la piscine et c'était parfait!


Cherche-midi
ISBN: 9782749154886

dimanche 16 juillet 2017

Calendar Girl - Mai, Audrey Carlan.

Le mois de mai est chargé en émotion.

Avant de s’envoler pour son nouveau job, Mia passe à Las Vegas où elle rencontre le petit ami de sa soeur lors d’un dîner très officiel chez les parents du jeune homme. Les tourtereaux annoncent leur intention de s’installer ensemble et de se marier. Mia a un peu de mal à digérer la nouvelle.
C’est à Hawaï que nous la retrouvons. Elle est engagée comme mannequin pour une célèbre marque de maillots de bain. Angel D’amico veut prouver qu’on peut être belle même si on ne fait pas une taille 34. Il a créé une nouvelle ligne pour les filles ayant des formes, et Mia est son mannequin vedette.

En arrivant dans ce lieu paradisiaque, Mia découvre son partenaire mannequin, Taï Niko, dont le corps musclé et les tatouages tribaux la font immédiatement fantasmer.
Son séjour sur l’île risque de ne pas être de tout repos, d’autant qu’elle attend l’arrivée de sa soeur et de sa meilleure amie qui viennent la rejoindre pour une semaine de vacances.

Après Elin Hilderbrand à Nantucket me voilà à Hawaii dans ce volet des aventures de Mia la belle Calendar Girl!  Décidément, mes lectures sont très estivales en juillet.  Il ne manque que la plage pour en profiter au maximum, mais ça viendra bientôt car c'est prévu à  mon calendrier de vacances.

Mia débarque à Honolulu pour une séance de mannequinat où elle posera pour une compagnie de maillots de bain.  Bien entendu son collègue est le plus beau Samoan de l'île.  Musclé, tatoué, basané et professeur de surf, Mia ne met que quelques minutes avant de le mettre dans son lit! Disons que sa libido est en santé et qu'elle est sans scrupules... Ce sera probablement mon tome préféré car il m'a rappelé mon voyage à Honolulu.  Tout y est magnifique et Mia y passe un mois de rêve.  Même si elle n'oublie pas ses anciens clients devenus amis et même plus, elle admet que Taï est un amant comme jamais elle n'a connu avant.  Il est intense, bien membré (bien oui, il faut le mentionner!) et il ne rechigne pas à faire jouir sa dame plus de 6 fois en ligne.  Payée 100 000$ par mois pour "subir" cela et je si je pouvais vivre avec ma conscience, je prendrais bien sa place quelques fois dans l'année!!  Celles qui ont lu ces romans savent de quoi je parle...

Audrey Carlan ne lésine pas sur les scènes torrides et elle ne met que quelques pages avant de déshabiller sa Calendar Girl... car la chimie entre les personnes est rapidement au rendez-vous et c'est comme cela dans pratiquement chaque tome.  Vous êtes avertis!
 
ISBN: 9782755629163

À nous, Elin Hilderbrand.

Laurel Thorpe, Belinda Rowe et Scarlett Oliver n'ont que deux choses en commun : l'amour pour un homme qu'elles ont toutes les trois épousé, Deacon Thorpe (un chef célèbre doté d'un appétit insatiable pour la vie) et la profonde antipathie qu'elles se témoignent mutuellement. Trois femmes uniques et indépendantes, mais radicalement différentes. Laurel : la première petite amie de Deacon, rencontrée au lycée, une assistante sociale à la beauté naturelle. Belinda : une actrice hollywoodienne capricieuse et difficile à vivre. Scarlett : une beauté du sud vivant des rentes de sa famille et de son sex appeal. Au fil des années, elles ont adopté la meilleure stratégie qui soit : s'éviter à tout prix.

Mais cet équilibre fragile menace de s'effondrer quand Deacon trouve la mort dans son endroit préféré au monde : une vétuste villa de vacances de Nantucket. Le dernier souhait de Deacon est que sa famille recomposée se réunisse sur son île adorée pour lui faire ses adieux. À contrecœur, Laurel, Belinda et Scarlett acceptent. Et les voilà contraintes de partager le même toit avec les enfants de Deacon et son meilleur ami, dans cette villa où chacune a ses souvenirs.
 
Avant la fin du weekend, il y aura suffisamment d'accusations, de mensonges, de larmes et de drames pour transformer ces trois femmes qui ont épousé le même homme en ennemies jurées. Alors que les membres de cette famille improbable font leurs adieux à l'homme qui les a réunis – pour le meilleur et pour le pire – seront-ils capables d'oublier leurs différences le temps d'un toast en l'honneur de Deacon ?
 
On aime ou aime pas... Moi, j'aime! J'aime la plage,  les effluves d'eau salée, les poissons frais et j'aime les histoires de famille toujours compliquées!  Deacon laisse trois ex-femmes derrière lui et autant d'enfants.  Au moment de la succession, Laurel, Belinda et Scarlett découvrent que cet homme qu'elles ont tous les trois aimé avait peut-être quelques petits problèmes de gestion financière.  La maison de Nantucket est sur le point d'être reprise par la banque et le restaurant de Deacon est loin d'être en bonne situation.  Heureusement que Buck, le meilleur ami de Deacon (et avocat) est là pour aider la cohorte de veuves à reprendre les choses en mains.
 
Maintenant, imaginez trois ex-femmes sous le même toit pendant toute une fin de semaine... Le niveau de jalousie et d'agressivité est à son maximum et ce n'est pas facile pour les enfants de gérer cette situation.  Angie, la fille de Belinda, a déjà le cœur brisé par un homme marié.  Hayes, le fis de Laurel se bat contre les mêmes démons que son père, soit la drogue.  Ellery, la fille de Scarlett est encore bien jeune et ne réalise pas encore que son papa ne reviendra plus.  Donc, une tonne de conflits et une tonne d'émotions dans ce long weekend dans un lieu paradisiaque, mais une chose est certaine, Deacon Thorpe a été un homme très aimé!  Et très pardonné aussi...
 
Elin Hilderbrand est un incontournable dans mes lectures d'été.  Bien que ses romans soient légers, elle aime raconter des histoires familiales mouvementées et elle donne surtout très envie de faire un saut sur cette île paradisiaque très connue sur la côte est américaine.  Un jour peut-être...
 
ISBN: 9782709659475
 
Mes autres billets du même auteur:
La rumeur 2016
Pieds nus 2012

vendredi 14 juillet 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

Un seul livre cette semaine, mais un que je désirais lire depuis très longtemps!  Ce sera ma lecture de vacances!!


BONNE FIN DE SEMAINE!

samedi 8 juillet 2017

Pourquoi pars-tu Alice? Nathalie Roy.

Alice Dansereau, quarante-trois ans, en fait trop pour tout le monde : épouse attentionnée, mère exemplaire, bénévole impliquée, enseignante dévouée, gestionnaire de la maisonnée, coursière, chauffeuse de taxi, etc. Lorsque son conjoint annule à la dernière minute leur voyage d'amoureux, elle prend une décision qu'elle n'aurait jamais cru pouvoir assumer : tout laisser derrière pour s'offrir un moment à elle. Avec pour seul bagage sa carte de crédit, ses lunettes de soleil et son cellulaire, elle s'enfuit sur le scooter de sa fille.

Combien de temps sera-t-elle absente? Jusqu'où ira-t-elle? Elle l'ignore pour l'instant, mais en traversant le pont Pierre-Laporte en direction de la route 132 Est, elle sait qu'elle devra faire le point sur sa vie et sur son avenir. Des centaines de kilomètres plus loin, et au fil de rencontres inattendues, Alice réalise qu'elle s'est longtemps oubliée. Elle se découvre passionnée, un peu rebelle, et aura envie d'exploser. Cet été sur la route changera sa vie à jamais.
      
 
Je pense que je ne serai plus jamais objective avec les romans de Nathalie Roy... Au fil des ans, je suis parfaitement capable de dire que j'aime d'amour cette auteure québécoise au sens de l'humour sans pareil! Je ne sais pas dans quelle mesure elle puisse les anecdotes dans son quotidien, mais une chose est certaine, on ne doit pas s'ennuyer chez elle!
 
Alice a 43 ans et elle habite Ste-Foy (elle aurait pu s'appeler Julie hein!).  Mariée et mère de deux enfants, elle a besoin de prendre l'air.  Ça tombe bien, le pont Pierre-Laporte est juste à coté!  On sait bien qu'à Québec, c'est souvent par là qu'on prend la fuite si on ne part pas en avion...
 
Il n'en faut pas long pour que les mésaventures commencent!  Dans ce dernier roman, on est loin des gaffes de Juliette ou de Charlotte, Alice est plus mature, moins frivole et on sent bien qu'elle n'a pas l'habitude de sortir d'un cadre de vie bien précis et bien balisé.  Dans le genre métro, boulot, dodo, je pense qu'elle a bien donné et son escapade ne pourra que lui faire du bien... sauf que le destin lui complique un petit peu la vie en mettant sur son chemin (plus d'une fois!) un charmant jeune homme prénommé Raphaël.  Il a tous les talents celui-là, c'est bien embêtant pour une femme qui est sur le point de faire le point sur sa vie...! Bon, vous verrez bien.
 
Donc, pas de grande surprise pour moi dans ce roman, j'ai retrouvé la plume que j'apprécie énormément depuis 6 ans déjà. Les introspections féminines de Nathalie ne sont jamais barbantes, même si ses personnages se regardent un peu le nombril parfois, c'est toujours fait avec beaucoup d'humour.  Ses romans sortent la plupart du temps en mai et j'en suis bien heureuse, car ils sont frais et pétillants.  Je vous suggère d'ailleurs de les essayer à l'apéro sur la terrasse cet été!
 
ISBN: 9782764812105



samedi 1 juillet 2017

Quoi de neuf dans la PAL?

C'est bien tranquille dans ma boîte aux lettres car je ne demande pratiquement plus de livres en service de presse...
 
 
"Dans son corps de garçon, Claude, désormais nommé Poppy, se sent fille.
 Alors que sa famille essaie de composer avec cette nouvelle donne, son entourage le rejette. Commence alors un long chemin pour Poppy et les siens, au cours duquel la vraie nature de chacun va être révélée et parfois mise à rude épreuve."
 
Ce livre était accompagné d'un autre roman que je ne connaissais pas... malgré sa couverture qui ne laisse pas indifférent!
 
 
"Elvis Cadillac roule à fond les ballons sur une petite route de Belgique du côté de Chimay où la trappiste coule à flots. Invité dans un « home » de vieux pour y donner un concert, le sosie officiel du King est chaud boulette. La banane rose fluo de sa chienne Priscilla vole au vent. Soudain, crac ! il s’aperçoit qu’il a renversé une ancienne vedette de la télé !"
 
Et il y a encore quelques surprises qui continuent à se pointer dans la boîte!
 
"Quelle pression sur les épaules de Greg ! Sa mère a décidé qu'il devait développer sa créativité et penser à son avenir…"
 
 
 
BONNE FÊTE DU CANADA!

mercredi 28 juin 2017

Quelques jours de nos vies, Clare Swatman.

Si la vie vous donnait une seconde chance, referiez-vous tout... en mieux ?
 
Zoe et Ed étaient prédestinés à s'aimer. Aujourd'hui, en couple depuis vingt ans, ils traversent côte à côte les plaines et les sommets de la vie conjugale. Comme un couple de vingt ans, ils s'embrassent tous les matins. Sauf que ce matin-là, Zoe est excédée et envoie balader Ed... qui meurt, fauché par un bus. Comment Zoe pouvait-elle savoir que c'était la dernière fois qu'elle le voyait ? Mais était-ce vraiment la dernière... ?

 Quelque temps plus tard, Zoe se réveille dans sa chambre de jeune fille. La vie semble lui avoir offert une seconde chance : revivre les moments les plus importants de son histoire avec Ed. Et les revivre en mieux, afin d'en changer le destin...

Dans ce roman chatoyant d'émotion, Clare Swatman brosse le portrait d'un homme et d'une femme et interroge les ressorts du couple, confronté aux problématiques du deuil ou de l'infertilité. Quelques jours de nos vies séduira toutes celles et tous ceux qui n'ont pas honte
de pleurer en lisant un bon roman. Préparez vos mouchoirs !
 
Même si j’avais prévu la fin une bonne cinquantaine de pages avant celle-ci, j’ai aimé le concept de la deuxième chance et toute l’angoisse qui est venue s’insérer dans le quotidien de Zoe.  Le jour où son mari décède, Zoe n’a aucune idée qu’un jour la chance lui sera donnée de revivre cette journée et de peut-être lui faire éviter cette mort subite…

L’auteure a choisi de nous faire revivre chaque étape importante de la vie de ce couple sous forme d’un chapitre à des dates et des années différentes.  Zoe et Ed éprouvent des difficultés à concevoir et cette situation procure au couple son lot de tensions.  Entre disputes et réconciliations, Zoé qui a fait un retour en arrière jusqu’à leur rencontre et essaie maintenant de  faire changer les événements. Mais on dirait bien que le destin a son propre itinéraire et que malgré toute la bonne volonté qu’une personne peut avoir, il arrive que la vie suive son cours peu importe si on tente d’avoir une certaine influence.

C’est un roman léger malgré le sujet délicat dans lequel règne un certain suspens car en tant que lecteur, on ne peut s’empêcher de se demander si Zoe réussira son coup!  Ça, je ne le vous dis pas…
 
ISBN: 9782258137585